Travaux

Une main qui tient une petite maison
04.01.2017 / Travaux

Quelles aides financières pour vos travaux énergétiques ?

Vues : 124 |

Les travaux énergétiques sont peut-être synonymes d’économies d’énergies à long terme, ils représentent un coût important lors de leur réalisation. Afin de soutenir les ménages qui souhaiteraient améliorer l’isolation et le chauffage de leur logement, de nombreuses aides financières existent. Tour d’horizon !

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le chauffage des bâtiments représente en moyenne 43% de la consommation énergétique française, ainsi qu’une facture moyenne de 1500 euros par an et par foyer. Achat de fenêtres performantes, isolation des combles et des murs, installation d’une chaudière à condensation sont autant de mesures efficaces pour réduire la facture énergétique, mais qui demandent un investissement de départ conséquent.

Le coût des travaux de rénovation énergétique varie en fonction de votre logement et de la performance énergétique visée. Il est toutefois estimé entre 200 et 400 € par m2 de surface habitable. De nombreux dispositifs d’aides ont donc été mis en place dans le cadre des politiques sur la transition énergétique et de lutte contre la précarité énergétique.

 

Crédit d’impôt, primes et prêt à taux zéro vous facilitent les travaux !

Si votre résidence principale a été construite avant le 1er janvier 1990, vous pouvez bénéficier de l’Éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ). Le montant maximum accordé est de 30 000 €, remboursable sans intérêts, en fonction de la performance énergétique atteinte. Pour en bénéficier, il faut cependant réaliser un bouquet de travaux, c’est-à-dire au moins deux actions différentes visant à réduire votre consommation d’énergie. Sachez enfin qu’il n’est possible de profiter que d’un seul éco-PTZ par logement.

Pour les logements plus récents, vous pouvez bénéficier de la TVA au taux réduit de 5,5%. Particulièrement intéressant, ce taux réduit concerne à la fois l’achat du matériel et le coût de la main-d’œuvre. Cette aide n’est pas réservée aux propriétaires et aux résidences principales, mais vous ne pouvez en bénéficier que si les travaux sont réalisés par une entreprise labellisée RGE.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est, pour sa part, un avantage fiscal accessible à tous et sans condition de bouquet de travaux. Très simple, vous pouvez en bénéficier que vous soyez imposable ou non : dans ce second cas de figure, le Trésor public vous fera même un chèque ! Ce crédit d’impôt est actuellement plafonné à 8 000 € pour une personne seule et à 16 000 € pour un couple, une somme à laquelle s’ajoutent 400 € de plus par enfant à charge.

L’isolation des combles constitue également aussi un moyen d’améliorer de 25 à 30%, selon l’Ademe, le confort et la performance énergétique de sa maison. Le Pacte Énergie Solidarité permet ainsi de faire isoler les combles d’un ménage en précarité énergétique. Il ne vous en coûtera qu’un euro pour une surface de 70m², puis 10 euros par mètre carré supplémentaire.

Enfin, vous pouvez aussi bénéficier de la prime énergie, une aide versée par les fournisseurs de carburants en échange de travaux visant à améliorer la qualité énergétique de votre logement. L’aide peut prendre plusieurs formes : des remboursements en euros la plupart du temps, mais aussi des bons d’achat quand vous demandez cette aide auprès d’enseignes de grande distribution ayant mis en place ce dispositif. Attention, il faut faire la demande avant de commencer ses travaux, qui doivent impérativement être réalisés par une entreprise RGE.

 

Est-il possible de cumuler les aides pour les travaux de rénovation énergétique ?

Ces nombreux dispositifs facilitent d’autant plus l’amélioration de la performance énergétique de son logement que certains sont cumulables.

La prime énergie est ainsi utilisable conjointement avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), la TVA à taux réduit et l’éco-prêt à taux zéro. En revanche, cette prime énergie n’est pas cumulable avec les aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH). Vérifiez aussi si vos collectivités territoriales (commune, département, région) ne proposent pas aussi des aides complémentaires et si elles sont cumulables.

Prenons un exemple : en cumulant les aides aux travaux de l’Agence Nationale de l’Habitat et la prime Habiter Mieux (sous condition de ressources), vous pouvez faire financer jusqu’à 60% du montant de vos rénovations énergétiques. Pour en bénéficier, ces travaux doivent permettre de faire baisser votre consommation énergétique d’au moins 25 %. Le montant de l’aide de l’Anah peut atteindre 10 000 € pour les foyers très modestes.

Aussi, pour établir au mieux votre budget et calculer précisément le montant des aides auxquelles vous avez le droit, renseignez-vous auprès de votre Agence départementale d’information sur le logement (ADIL). Elle vous guidera dans vos démarches afin de bénéficier de ces dispositifs.

Commenter Créé le par
Donnez une note à l'article :
1/52/53/54/55/5
Loading...

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 + huit =